DÉSEXUALISER LE MASSAGE

DÉSEXUALISER LE MASSAGE

 Même le massothérapeute et le client honnête peuvent être surpris par la sexualité lors de session. Le massothérapeute doit traiter ceci éthiquement et sans risque.
Il y a beaucoup à dire et davantage devrait être dit au sujet de la corrélation entre le sexe et le massage, mis à part de :  » Ne faites rien de sexuel avec un client.  » Cet article est une tentative de découvrir des manières de désexualiser le massage dans une culture qui sexualise presque tout.

Massage éthiquement sûr

Il est de la responsabilité du professionnel de créer et maintenir un environnement sûr pour les clients et eux-mêmes. Lors de leur formation professionnelle, les massothérapeutes reçoivent une formation spécifique sur les effets physiques et émotifs du toucher et du massage. Ils sont souvent scrupuleux dans leurs efforts de cultiver et enrichir le bien-être physique et émotif de leurs clients, étant toujours conscients des indications, des précautions et des contre-indications du massage. Bien que ces mesures puissent aider à maintenir le massage physiquement et émotivement sûr, elles n’abordent pas la sûreté morale.

Sexualité et massage

Il n’est pas possible de garder entièrement la sexualité hors de la salle de massage, puisque les humains sont, par la nature, des êtres sexuels. Juste comme nous sommes des êtres intellectuels, des êtres émotifs, des êtres spirituels et des êtres physiques. Notre biologie nous équipe d’une nature sexuelle dont le but primaire est d’aider à préserver et propager notre espèce. Ceci signifie que chaque client et chaque thérapeute introduisent leur nature sexuelle avec eux, dans le massage. Le défi moral ultime est celui-ci : Le client et le thérapeute doivent permettre la présence de sexualité dans un milieu où le sexe est absolument inapproprié. En d’autres termes, tous les deux doivent admettre la sexualité et, en même temps, désexualiser les expériences de donner et de recevoir le massage.
Dans le but d’être diligents dans leurs efforts moraux, les massothérapeutes doivent pro-activement considérer la sexualité humaine ; la leur et celle de leurs clients. Pour ce faire, ils doivent toujours apprécier l’impact que le massage peut avoir sur la réponse sexuelle, prendre la pleine responsabilité de la façon dont ils sont affectés quand ils exécutent le massage et demeurer profondément conscient des effets potentiels du massage sur leurs clients.

Physiologie de réponse à la sexualité

Puisqu’ils sont interdépendants, il est difficile de séparer les aspects physiologiques, sociologiques et psychologiques de la sexualité humaine. Cependant, voici une tentative d’isoler le fonctionnement physiologique-anatomique afin d’examiner les associations physiques du massage et de la réponse sexuelle. D’abord, examinons l’aspect sensoriel primaire : le toucher. La stimulation tactile produit par le massage active les secteurs centraux et périphériques du système nerveux, stimulant le mécanisme sensoriel entier du client. Le massage de certains secteurs du corps peut encore plus compliquer le cas, puisqu’ils peuvent réellement induire une réponse sexuelle. La stimulation tactile des nerfs sensoriels dans le secteur de l’abdomen, des extrémités inférieures, et des fesses sont transportées par les mêmes plexus de nerfs que les plexus lombaire, sacral et génitaux. La stimulation de ces plexus de nerfs n’est pas confinée à la perception locale. Elle est répandue dans tout le secteur. C’est pourquoi les nerfs liés aux parties génitales sont aussi affectés.
Le système nerveux parasympathique fournit le deuxième lien essentiel entre le massage et la réponse sexuelle. Cet aspect du système nerveux autonome est responsable de la régularité du corps, du repos et de la digestion. En outre, les influences parasympathiques règlent la réponse de relaxation induite par le massage et les changements physiologiques qui se produisent pendant l’éveil sexuel. Le système nerveux parasympathique commande également les réponses corporelles primaires et secondaires qui se produisent pendant l’éveil sexuel. Les caractéristiques communes sont vasocongestion ou l’augmentation de l’approvisionnement de sang aux parties génitales, et la myotonie, qui est l’augmentation de la tension de muscle résultant de la stimulation sexuelle. Par conséquent, chaque fois qu’un client atteint une détente plus profonde, les facteurs de prédisposition sont présents à l’éveil sexuel. La réaction est non seulement possible au client, mais également pour le praticien, car lui ou elle commence à se détendre aussi avec le massage.
Le troisième lien est le système limbique, un groupe de structures néocorticales du cerveau. Cette partie complexe du cerveau contrôle, entre autre, les émotions et la sexualité. La stimulation du corps par le massage amène une stimulation du système limbique. Ceci explique non seulement un autre lien physiologique entre le sexe et le massage, mais peut également expliquer les réponses émotives qui se produisent chez le client avant ou après le traitement. Dans la plupart des circonstances, une réponse sexuelle peut être complètement déviée. Si une réponse sexuelle se produit et que l’énergie érotique n’est pas dirigée, elle sera de courte durée et le massage pourra continuer dans les limites morales.
Il est important de mentionner que si l’éveil sexuel se produit de la part du thérapeute ou du client et indépendamment de la situation ou des circonstances, il est toujours de la responsabilité du thérapeute d’établir et maintenir des frontières appropriées. Les relations sexuelles, les actes et les activités sexuelles, les plaisirs sexuels, les rapports sexuels, le contact sexuel ou n’importe quelle implication d’une façon sexuelle est toujours immorale et ne doit jamais se produire dans la profession.

Offrir des massages sans risque

L’expérience du massage éthiquement sans risque ne se produit pas simplement ; elle doit être créée, structurée et continuellement soutenue. La structurer signifie démontrer activement, à tout moment le professionnalisme absolu dans tous les aspects d’une pratique en matière de thérapie de massage, en particulier ce qui concerne les liens entre le sexe et le massage. Cela signifie également que le thérapeute doit être préparé pour traiter des réactions physiologiques d’éveil sexuel, si et quand ils se produisent. Les suggestions suivantes sont pour des thérapeutes des deux sexes.
1) Soyez avisé de votre propre tendance pour le “flirt”, et notez les fois et les endroits quand et où vous sexualisez un événement ou une conversation. Considérez comment vous pouvez transmettre ces messages à d’autres, particulièrement à vos clients. Prenez du temps pour penser à votre environnement de travail et à votre approche avec les clients. Demandez-vous, s’il y a quelque chose à votre sujet ou votre zone de travail ou que vous dites qui est susceptible d’être sexualisé ? Vous devez être parfaitement transparent. Rappelez-vous que vos bonnes intentions ne suffisent pas ; vous êtes également responsable de la façon dont vous pouvez être perçus.
2) Soyez clair au sujet de vos intentions envers vos clients. Les clients ne sont pas des candidats pour soulager vos intérêts romantiques sexuels. Chaque thérapeute doit être immuable dans cette règle. Il n’est jamais approprié de sortir ou dormir avec un client. Sortir avec un client, même lorsque le sentiment est mutuel, est une situation très précaire. Le faire, invite des problèmes potentiels dans votre pratique. Cherchez toujours conseils à ces situations avec un consultant, un mentor ou un professionnel, de sorte que vous puissiez prendre des décisions de façon responsable et entièrement conscient des ramifications possibles. Ne soyez jamais en position d’être le thérapeute et le prétendant d’un client. Être clair et adhérer à vos propres limites à cet égard fixeront des frontières pour vos clients et aideront à diffuser l’énergie érotique suscitée.

Article du code de déontologie 3.2.2

« De plus, le thérapeute doit être conscient que la relation thérapeutique peut engendrer des besoins ou des désirs d’ordre sexuel ou autre, tant chez le client que chez l’intervenant. Les relations et activités sexuelles sont en contradiction avec l’éthique professionnelle et sont donc interdites tant et aussi longtemps que le client a recours aux services du thérapeute. Dans le même ordre d’idées, le thérapeute ne peut établir de liens intimes ou amoureux avec le client pendant la durée de la relation professionnelle. »
3) Établissez l’éthique au premier contact. N’attendez pas que le nouveau client arrive pour son rendez-vous pour discerner si vos communications sont moralement appropriées. En d’autres termes, au téléphone ou chez la personne, déterminez vos intentions et buts quand vous parlez d’abord avec le patient pour prendre le rendez-vous. Évaluez son comportement, langue et approche pour savoir si elle cherche ou pas un massage sexuel. Posez-vous des questions comme,  » Pourquoi voulez-vous un massage actuellement ?  » et quels sont vos buts pour cette session ? Si elle reste vague, informez-la directement que le massage que vous offrez est thérapeutique et non sexuel.
4) Gardez toujours un aspect et un comportement professionnel. Habillez-vous convenablement quand vous travaillez, évitez les vêtements provocants ou révélateurs. Rappelez-vous que quand vous vous présentez comme massothérapeute, vous représentez la profession entière.

Article du code de déontologie 4.1.1.e)

« Est dérogatoire à la dignité de la profession le fait, pour un thérapeute, de : De ne pas être pudiquement et convenablement vêtu dans l’exercice de son travail, et ce, peu importe le lieu où il pratique. »
5) Établissez un espace professionnel. Désexualisez la zone de travail en fournissant une atmosphère professionnelle qui communique des frontières claires dans tous les sens. Si le local que vous employez pour masser s’avère être une chambre à coucher disponible dans votre maison, enlevez les meubles qui en font une chambre à coucher. Être clair au sujet de votre rôle pendant un massage, indépendamment de qui est le destinataire de votre travail, vous permet de fixer vos frontières professionnelles, vous incitant moins probablement à donner aux clients des signaux qui eux ne sont pas clairs. Ceci stimule également la confiance, aussi bien que l’appréciation de la nature professionnelle de votre action pour votre conjoint.
6) Avant que le massage commence, informez toujours le client au sujet de ce que vous avez l’intention de faire pour le protocole de traitement, ainsi il sait à quoi s’attendre. Amenez-le dans la salle de massage et expliquez comment se déroulera de la séance.

Articles du code de déontologie 3.1.10.i)

« Le thérapeute doit établir une relation de confiance entre lui et ses clients. À cette fin, le thérapeute doit notamment : Exposer à ses clients, d’une façon complète et objective, la nature et les modalités des services qui leur seront dispensés. »

Articles du code de déontologie 5.1.4

« Le thérapeute doit faire preuve d’honnêteté et de transparence par rapport aux services rendus au client. Il doit lui fournir les explications nécessaires à la compréhension et à l’appréciation du service qu’il fournit. »
7) Indépendamment de votre connaissance du client (client régulier), permettez-lui toujours d’avoir l’intimité tandis qu’elle se déshabille et s’habille. Quelques clients commenceront à se déshabiller avant que vous ayez une chance de partir de la salle. Dans ces cas, demandez-leur d’attendre, puis partez promptement. Rappelez-vous, le client n’est pas celui qui est responsable de placer des frontières professionnelles. C’est votre rôle.

Article du code de déontologie 5.1.1

« Le thérapeute doit faire preuve, dans l’exercice de sa profession, d’une disponibilité et d’une diligence raisonnables. Il doit notamment manifester une attention particulière à la pudeur de son client en offrant un endroit discret pour se déshabiller et s’habiller ou sortir de la pièce avant et après la séance. Le thérapeute doit respecter le droit du client de garder le ou les vêtements qu’il désire lors de la séance. »
8) Choisir la musique appropriée. Si le client veut de la musique, offrez de la musique relaxante, mais pas de mélodie sensuelle ou romantique.
9) Efforcez-vous d’utiliser des manières de communication plus professionnelles au sujet du massage. Rendez-vous compte que ce que vous dites peut être interprété différemment de ce que voulez dire vous. Évitez un langage qui pourrait être sexualisé. Au lieu d’employer des termes trompeurs et suggestifs tels que le massage de tout le corps, décrivez-le comme traitement de relaxation d’une heure entière ou employez d’autres terminologies qui expliquent exactement ce que vous faites. En se rapportant à certaines parties anatomiques, faites attention à employer des termes qui ne sont pas suggestifs. Des exemples plus évidents sont des limites telles que le secteur fessier contre le derrière, et secteur inguinal ou aine au lieu de fourche. Moins évidentes, par contre, sont les expressions qui peuvent être suggestives. Par exemple, vous pouvez demander au client d’écarter les pieds plutôt que d’ouvrir les jambes. En faisant des commentaires au client au sujet du corps, évitez les rapports qui se rapportent à n’importe quoi autre que ce qui est lié au massage. Attention aux commentaires qui ressemblent à des compliments et qui pourraient être interprétés comme du flirt. Si un client pense que vous flirtez avec lui, cela peut éveiller ses pulsions sexuelles pendant le traitement. Confus au sujet des intentions du thérapeute, il peut être enclin à poursuivre.
10) Couvrir le client ne devrait pas être facultatif. Un drap ou une grande serviette de bain est employée pour couvrir les parties du corps qui ne sont pas massées. Si un client insiste pour renoncer au drap, expliquez que vous êtes plus confortable quand un drap est employé et cette demande pourrait être refusée. Offrez d’ajuster la température ambiante, branchez un ventilateur ou découvrez ses pieds si elle prétend avoir trop chaud.

Article du code de déontologie 5.1.6.g)

« Le thérapeute ne peut, sauf pour des motifs justes et raisonnables, cesser ou refuser de donner les traitements nécessaires à un client. Constituent notamment des motifs justes et raisonnables : Le fait pour un client de refuser toute utilisation de draps pour se couvrir s’il est dévêtu. »
11) Soyez conscient du contact avec le corps pendant le massage. En plus d’employer les gestes appropriés, soyez attentif à la façon dont vous entourez, soutenez et vous penchez. Assurez-vous que votre corps n’entre pas en contact avec le corps du client pendant vos manœuvres et évitez de toucher le client avec des parties du corps autres que vos mains/bras. Garder un maintien et une position professionnels dans toute la session.
13) Lorsque vous travaillez avec un client masculin qui n’a jamais reçu de massage dans le passé ou est un nouveau client pour vous, demandez qu’il garde ses sous-vêtements pendant le massage. Commencer le massage par le dos. Cela peut lui permettre de s’habituer à être touché avant d’être massé sur la face antérieure où sont les secteurs plus à risque pour l’éveil sexuel. La réponse d’éveil pour un mâle diminue au fil du massage, car il s’habitue à l’expérience du toucher.
Si le thérapeute a senti que le client était mal à l’aise lors d’une érection par exemple, il peut simplement dire au client que l’excitation est une réponse physiologique naturelle de courte durée qui peut se produire lors d’un massage. Un changement de rythme dans le massage ou tout simplement en changeant de région (massage des pieds par exemple) devrait arriver à diminuer l’excitation du client. Une fois le calme revenu, vous pouvez alors retourner terminer votre travail dans la zone initiale.
14) Vous devriez savoir quoi faire si vous vous trouvez vous-même, comme massothérapeute, sexuellement stimulé quand un client est sur votre table. L’identification consciente, avec un pep-talk avec vous-même, peut être suffisant pour vous distraire et pour interrompre la réponse. En outre, vous pouvez vous déplacer à une autre région du corps moins risquée. Le thérapeute devrait diriger ses pensées vers la perspective clinique du travail, comme dans les points trigger, les origines, les insertions et les actions musculaires. Si les intentions sexuelles surgissent avec plus d’un client ou se produisent à plusieurs reprises avec le même client, le thérapeute devrait chercher du soutien, consulter un mentor ou un conseiller professionnel. Le thérapeute doit se rappeler que la solution au problème est dans le contrôle, qu’il doit pouvoir être en mesure de désexualiser l’expérience du massage afin d’être un professionnel. Même si le thérapeute n’agit pas, il est inadéquat d’entretenir des intérêts sexuels dans son esprit.
Il n’y a aucune méthode ou recette pour traiter l’éveil sexuel d’un client. L’intervention peut signifier différentes choses, selon le client et les circonstances. Dans n’importe quelle situation où un client indique, manifestement ou secrètement, que l’éveil s’est produit, le thérapeute doit déterminer, à ce moment, la meilleure manière de modifier la situation avant que ce devienne un incident. Se déplacer à un secteur moins risqué du corps, tel que l’extrémité supérieure ou le visage et la tête, aide, aussi. Il peut être pertinent pour le thérapeute d’en discuter après ou pendant la session dépendamment de la situation. Si par contre le thérapeute remarque que le client montre un intérêt sexuel, que ce soit ou non un état d’excitation, exige une réponse claire et sans équivoque que c’est un intérêt inapproprié. Expliquez à votre client que cette situation va à l’encontre de l’éthique et qu’elle ne doit pas continuer. Si le client persiste après cette mise au point, il peut être nécessaire de terminer la session en énonçant simplement,  » veuillez SVP vous habiller, la session est terminée  » et sortir de la pièce. N’engagez pas la discussion à ce sujet. Au lieu de cela, énoncez vos directions simplement et clairement. Indépendamment de la cause ou de l’intention, on ne devrait pas permettre à l’excitation sexuelle de continuer dans aucune circonstance.

Article du code de déontologie 5.1.6.e)

« Le thérapeute ne peut, sauf pour des motifs justes et raisonnables, cesser ou refuser de donner les traitements nécessaires à un client. Constituent notamment des motifs justes et raisonnables : Tout comportement reprochable de la part du client et, particulièrement, impliquant la force, les menaces, le chantage, la coercition, la violence psychologique, verbale ou physique ou tout comportement à connotation sexuelle.

Article du code de déontologie 5.1.6.m)

« Le thérapeute ne peut, sauf pour des motifs justes et raisonnables, cesser ou refuser de donner les traitements nécessaires à un client. Constituent notamment des motifs justes et raisonnable. Tout comportement inapproprié du client par rapport au thérapeute.